Vous êtes ici : Accueil > Vie pédagogique > Ambiance studieuse et passionnée lors de la table ronde Charles (...)
Par : F. Kuszel
Publié : 16 mai 2014

Ambiance studieuse et passionnée lors de la table ronde Charles Péguy


Le 18 avril 2014, le lycée Charles Péguy d’Orléans a organisé une table ronde à l’occasion des commémorations du « Centenaire Charles Péguy ». Quatre contributeurs ont pris la parole : madame Pinsart IPR de Lettres, madame Chaix IPR d’histoire-géographie et référent Mémoire et citoyenneté, monsieur Sueur sénateur du Loiret et universitaire spécialiste de Péguy ainsi que monsieur Cimolino proviseur du lycée et philosophe de formation. Dans le public, particulièrement concentré lors des diverses interventions, on a noté la présence de nombreux élèves des classes de première et terminale littéraires et de la 2de6 euro-anglais, de parents d’élèves, de professeurs ainsi que de personnalités invitées comme madame Crosnier élue du Conseil régional et membre du conseil d’administration du lycée ou madame Bonnet-Chavigny directrice du centre Charles Péguy d’Orléans.


Le débat portait sur la question : comment enseigner Péguy au XXIe siècle ? Le dispositif de la table ronde a permis d’alterner les prises de parole avec la lecture, par des élèves de 2de6, d’extraits significatifs de textes de Péguy ou de ses contemporains. Les réponses apportées par les différents intervenants ont démontré la variété des approches possibles d’un écrivain aussi riche, tant par sa personnalité que par son œuvre. C’est donc par une approche pluridisciplinaire que cet auteur, mort il y a cent ans, peut entrer en résonance avec notre époque et avec les jeunes générations. Ainsi, il a été question d’engagement historique et politique, de création poétique, de réflexion philosophique et d’enracinement dans le patrimoine culturel orléanais… A ce propos, monsieur Sueur a rappelé les circonstances qui ont conduit notre lycée à porter le nom de Charles Péguy ; il a également souhaité conclure les débats en lisant un florilège d’œuvres poétiques, laissant l’assemblée sous le charme du lyrisme de Péguy.


 


Serge Bouhnik, professeur de français