Lycée Charles Péguy Orléans
Slogan du site

Site officiel du Lycée Charles Péguy - Orléans


Les TSTD2A au FRAC d’Orléans
Article mis en ligne le 1er octobre 2013
dernière modification le 7 février 2014

par F. Kuszel
Le jeudi 03 octobre 2013, Mme Gillet, MM. Durand et Thirot accompagneront les élèves de T STD2 au FRAC d’Orléans afin d’appréhender le nouvel espace du FRAC Centre et assister à la conférence sur "Naturaliser l’architecture", thème d’ArchiLab 2013, en lien avec la première thématique de l’année sur le "similaire".
 

Le 18 octobre, Mmes Loiseau et Fidry feront de même avec les TSTD1 et une performance autour de l’installation "Bloom" afin de confronter les élèves à une oeuvre précise et de rendre compte de l’expérience à travers des dessins.

 

 

Résonances sur les Turbulences – Frac Centre

Résonances sur les Turbulences – Frac Centre from Electronic Shadow on Vimeo.

 

Résonances, peau de lumière interactive sur les Turbulences – Frac Centre

Par Electronic Shadow (Naziha Mestaoui – Yacine Aït Kaci)

En collaboration avec les architectes Jakob & Mac Farlane

Les Turbulences, Frac Centre est le fruit de la collaboration dès le concours d’architecture entre duo d’artistes Naziha Mestaoui & Yacine Aït Kaci, alias Electronic Shadow, et les architectes Jakob & Mac Farlane. Le processus de déformation des trames architecturales des bâtiments historiques a donné sa forme au nouveau FRAC faisant apparaître une volumétrie en facette dans la cour des anciennes subsistances militaires. Ces « Tubulences » deviennent mouvantes, tel un être mi-organique mi-minéral, qui respirerait en couleurs. L’intervention artistique prend la forme d’une peau d’information qui fusionne avec l’architecture afin de lui donner une dimension temporelle. A partir de cette relation que nous explorée sans cesse par les artistes, entre la matière physique et l’immatériel, l’intervention prend la forme d’images en volume à partir de la lumière comme une série de résonances avec le bâtiment. Ces différentes « résonances » sont liées à la structure des Turbulences et agissent sur l’architecture pour la construire, la déconstruire, la métamorphoser afin de prolonger le travail architectural physique vers l’immatériel. Le volume, la lumière et l’image fusionnent pour créer une forme dynamique d’architecture de l’information. La lumière court sur le bâtiment et redessine les lignes qui n’avaient été au départ que du crayon sur un papier, le dessin prends corps par la lumière et fait apparaître la matière. Du point à la ligne jusqu’à la surface, le bâtiment devient une image en soi. Il devient ainsi un organisme vivant, connecté en temps réel à une série d’informations qui métamorphosent sa structure en fonction du taux d’humidité de l’air, de la direction du vent, de la qualité de l’air…

Bande son de ’inauguration : 2square