Bandeau
Lycée Charles Péguy Orléans
Slogan du site

Site officiel du Lycée Charles Péguy - Orléans

Les 1 L, ES 4 et ES 2 vont voir "La cantatrice chauve"
Article mis en ligne le 12 janvier 2018
dernière modification le 17 janvier 2018

par F. Kuszel

Le mercredi 17 janvier 2018, les élèves de 1 L, ES 4 et ES 2 vont voir La cantatrice chauve au théâtre de la Huchette à Paris. Cette pièce de théâtre est étudiée en classe de première. Ils sont accompagnés respectivement par M. Blandin et Mme Meugé pour les 1L, par Mme Duval et M. Gadé pour les 1 ES 4 et par Mmes Lecoeur et Hérault-Pays pour les 1 ES2.

 

Avant la pièce de théâtre, chaque classe fait une visite spécifique dans différents lieux. Les 1 L vont au Mont Valérien (Suresnes), principal lieu d’exécution en France pendant la seconde guerre mondiale et ce, dans le cadre de leur étude des Poèmes de la Résistance.

Programme pédagogique 2018, Hauts lieux de la mémoire nationale d’Île-de-France

 

Les 1 ES 4 vont visiter les locaux du journal Libération, assister à une conférence de presse et rencontrer un journaliste qui s’occupe du service Desintox. Il s’agit pour Libération d’une rubrique de fact-checking (vérification des faits), créée en 2008, pour détecter les mensonges et erreurs factuelles des politiques et responsables public. Il leur arrive aussi de débusquer des hoax et fake news qui circulent sur les réseaux sociaux. Le but n’est pas d’être juge de la vérité, mais de vérifier des affirmations en se basant sur des faits.

Voici une exemple de conférence de rédaction :

 

Les ES 2 font une visite guidée de l’exposition DADA AFRICA Sources et influences extra-occidentales, quant à eux, au Musée de l’Orangerie. "Dada, mouvement artistique foisonnant et subversif, naît à Zurich pendant la Guerre de 14-18 et se déploie ensuite à travers plusieurs foyers, Berlin, Paris, New York... Par leurs œuvres nouvelles – poésie sonore, danse, collages, performance –, les artistes dadaïstes rejettent les valeurs traditionnelles de la civilisation, tout en s’appropriant les formes culturelles et artistiques de cultures extra-occidentales, l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique. Le Musée de l’Orangerie propose une exposition sur ces échanges en confrontant œuvres africaines, amérindiennes et asiatiques et celles, dadaïstes, de Hanna Höch, de Jean Arp, de Sophie Taeuber-Arp, de Marcel Janco, de Hugo Ball, de Tristan Tzara, de Raoul Haussmann, de Man Ray, de Picabia…. Ainsi seront évoquées les soirées Dada, avec plusieurs archives, film de danse et documents sonores, musicaux, mais aussi la diversité, l’inventivité et la radicalité des productions Dada – textiles, graphisme, affiches, assemblages, reliefs en bois, poupées et marionnettes – face à la beauté étrange et la rareté d’œuvres extra-occidentales, statue africaine Hemba, masque africain de Makondé, masque Hannya du Japon, proue de pirogue de guerre maori..." Cette visite s’inscrit dans le cadre du travail en lettres sur le surréalisme.

 

Sophie Taeuber-Arp (1889-1943), Motifs abstraits (masques), 1917
Stiftung Arp e.V., Rolandswerth/Berlin
© Stiftung Arp e.V., Berlin / Rolandswerth. Wolfgang Morell