Bandeau
Lycée Charles Péguy Orléans
Slogan du site

Site officiel du Lycée Charles Péguy - Orléans

Les BTS aux Tanneries à Amilly
Article mis en ligne le 24 janvier 2017
dernière modification le 26 janvier 2017

par F. Kuszel

Le mardi 24 janvier 2017, les étudiants de BTS, accompagnés de leurs professeurs, sont allés passer la journée aux Tanneries à Amilly. Site industriel fermé en 1967, il est laissé à l’abandon. À partir de 2007, sur les tanneries encore en friche acquises par la ville, de nombreux artistes, émergents ou confirmés, investissent cet espace à ciel ouvert dans le cadre de résidences de création sur les périodes d’été. Le 21 septembre 2016, la ministre de la Culture et de la Communication inaugure le centre d’art contemporain.

Réhabilité par un projet respectueux des espaces et de leurs natures réalisé 
par l’architecte Bruno Gaudin, la singularité du site se définit au regard des dispositions du lieu à favoriser l’émergence du geste artistique. Le centre d’art compte des espaces de valorisation et d’exposition importants : environ 2 500 m2. Ils se répartissent principalement entre une grande halle de 1500 m2 pour une hauteur d’environ 6 m et une galerie haute de 500 m2 située à l’étage. Ces espaces d’exposition dialoguent avec l’extérieur du site, un parc arboré également pensé comme lieu d’exposition. À cela viennent s’ajouter deux ateliers de production de 65 m2.

Les dimensions exceptionnelles du bâtiment orientent le projet artistique du centre d’art vers la valorisation du 
travail de l’artiste. Il est l’expression d’une volonté de proximité avec l’œuvre directement liée au processus de création s’y déployant in vivo, dans le cadre de résidences de création.

Cette valorisation du geste artistique s’exprime également à travers un accueil des publics et une action culturelle : le public découvre un art en cours de réalisation, les visites s’organisent autour des œuvres et des artistes accueillis.

C’est la raison pour laquelle les BTS ont passé leur journée dans ce centre afin d’échanger avec les artistes à travers les notions d’atelier et de fabrique, comme une prise de conscience du geste dans son acceptation artistique, politique et sociale.