Lycée Charles Péguy Orléans
Slogan du site

Site officiel du Lycée Charles Péguy - Orléans

Sortie pédagogique des 1 STD2A 1 au FRAC
Article mis en ligne le 30 mai 2016

par F. Kuszel

Le mardi 07 juin 2016, Mmes Pierre et Florin vont emmener les élèves de 1 STD2A 1 au FRAC Centre où ils suivront une visite guidée de la galerie permanente. Puis, ils verront la nouvelle exposition du FRAC : La ville au loin.

"La ville au loin propose une plongée dans le fourmillement urbain, tentant de capter autant l’intimité d’un coin de rue que l’étendue des paysages de ville. Maintenant que la Terre est devenue un ensemble de proximités urbaines, comment s’installent les régimes de proximité, comment résistent, persistent encore les espoirs du lointain ? C’est à l’entre-deux que se situe le chemin de cette exposition. Le principe de l’exposition est de sélectionner une œuvre dans chacune des collections des 22 autres Frac, dialoguant avec la collection du Frac Centre-Val de Loire et les œuvres d’artistes invités.

Le Frac perpétue ainsi sa tradition de lieu de migrations disciplinaires de l’art et de l’architecture.

Le public est accueilli par la Tenda Rossa de Franco Raggi. À l’image de la collection toute entière, cette œuvre introduit l’exposition dans une forme d’errance créatrice, en croisant tout autant la peinture que la sculpture et l’architecture. Le visiteur, spectateur et acteur, parcourt l’exposition comme il déambule dans la ville. Cette place particulière de l’individu est notamment le propos de l’œuvre Paper / Midwestern Ocean de Gianni Pettena. L’artiste remplit une salle de bandes de papier que le public découpe pour se faire une place. Le spectateur devient partie prenante de l’œuvre. Un peu plus loin, une ville imaginaire de l’artiste nigérian Emeka Ogboh plonge le spectateur dans un univers sonore captivant. La ville au loin se conclut par une fable, Medium total, de Günther Domenig et Eilfried Huth, un conte imaginant une architecture devenue organisme biologique mutant. Ainsi, à travers80œuvres d’artistes et d’architectes, l’exposition offre une promenade urbaine du lointain et du proche. On y découvre une Tour de Babel (Anthony Freestone), une cabine téléphonique (Slimane Raïs) ou encore un Skyline de tours."